Facebook franchit la barre du milliard d’utilisateurs

Le Monde.fr | 04.10.2012 à 14h45
Le réseau social Facebook a franchi la barre du milliard d’utilisateurs actifs, a annoncé jeudi 4 octobre son PDG Mark Zuckerberg. « Ce matin, il y a plus d’un milliard de gens utilisant Facebook activement chaque mois », a-t-il indiqué dans un communiqué. Si la barre du milliard d’utilisateurs est symbolique, le réseau social, qui a fait ses débuts en 2004, a connu une irrésistible extension. En août 2008, Facebook comptait ainsi 100 millions d’utilisateurs.
Pour plus d’info : lemonde.fr

Internet & Intelligence économique

1- Internet est une arme à double tranchant :

Il est étonnant de constater qu’internet est aujourd’hui inévitable dans les sociétés et l’économie occidentales et que, paradoxalement, les internautes ne sont pas tous formés à son utilisation. Ce qui explique les enjeux que présente cet outil dans le processus décisionnel de l’entreprise et la stratégie à suivre. De nos jours internet compte un nombre de sources qui augmente sans cesse (En janvier 2012, le web compte plus de 580 millions de sites) qui proviennent de tous horizons, de légitimités différentes et de qualités variées. Il nous paraît donc nécessaire d’utiliser internet avec l’approche de l’intelligence économique ! C’est-à-dire avoir des outils performants de collecte d’information (des logiciels de veille, recherche avancée..), analyser l’information (identifier les sources) et finalement diffuser de l’information pertinentes dans le bon moment et pour les bonne personnes.

2- Comment identifier les sources?!!

Nous entendons ici par « traitement » l’analyse des liens (pas seulement hypertextes) entre les informations, leurs sources; plus précisément : qui a publié cette information?! Et pour quelles raisons?! (Effectuer une recherche pour classer l’auteur, s’agit il d’un expert, enseignant, un professionnel ou un simple contributeur!). Puisque internet est ouvert à tout le monde.

3- 4 étapes nécessaires

Pour une bonne pratique de l’intelligence économique dans la recherche de l’information il faut suivre une méthodologie :
 Déterminer les axes de recherche
 Définir les informations utiles
 Identifier les sources
 Une décision efficace
Une démarche performante d’IE participe directement à la protection de l’entreprise. Par la connaissance et la compréhension du contexte, des enjeux, des acteurs et des mécanismes qui conditionnent la vie et le fonctionnement de l’entreprise, l’IE apporte la plupart des éléments qui permettront de détecter et d’évaluer les menaces qui pèsent sur elle, voire même de les anticiper et ainsi d’optimiser la nouvelle stratégie adopter pour survivre sur le marché.
Mais une action efficace d’IE en entreprise lui aussi permet d’améliorer ses performances, sa compétitivité et au final sa valeur.

Mohamed.HERICHI

Etude ADIESA (Intelligence Economique & Communication)

Vous trouverez ci-joint une étude menée par Mohamed HERICHI étudiant en master SVETIC et pour le moment stagiaire en communication pour l’association ADIESA (Association qui à pour mission de promouvoir l’intelligence économique dans les PME et les collectivités).

Je suis chargé de développer les outils de communication de l’association.

Je vous remercie de réserver quelques minutes pour répondre à des questions concernant vos pratiques en Intelligence Economique et en communication. (Durée 20 à 30 min).

en participant à ce sondage vous pouvez gagner un an d’adhésion gratuit à Adiesa.

Vous en remerciant à l’avance,

Mohamed.HERICHI

Quand l’Information devient stratégique

Formation

André Gastel, membre de l’Adiesa et Président de l’AFAV Centre, présente le Parcours de Spécialisation, programme ESC Tours-Poitiers 3ème année :

Management de l’Information et Stratégies de Développement

La maîtrise de l’information est aujourd’hui déterminante dans la définition de la stratégie et la conduite des affaires. C’est donc un élément clé de la compétitivité des entreprises. L’Intelligence Economique, incluant les différents types de veille, constitue désormais un mode de management à part entière.

Ce parcours a pour vocation de former les étudiants aux principales dimensions de l’innovation à travers les concepts de Management par la Valeur et de l’Intelligence Economique afin d’aider à l’émergence de projets innovant dans les organisations. Après un enseignement théorique (Management de la Valeur, Innovation et IE), sur les méthodologies et outils en vigueur dans les entreprises, les étudiants auront à réaliser (en groupe) une mission de terrain, confiée par une entreprise ou un partenaire. Un encadrement spécifique accompagnera chacun de ces groupes de travail. Le processus est encadré par une démarche qualité. Atelis est certifié ISO 9001:2000

Notre objectif est de vous apporter une compétence complémentaire et transversale permettant d’imaginer de nouveaux débouchés pour les produits et services, de prévoir les changements, d’innover, ou d’anticiper sur les risques divers que rencontre toute organisation. Tout autant que des compétences techniques, vous retirerez de cette formation une culture et des réflexes utiles dans le management de l’information stratégique.

A l’issue du parcours, possibilité d’obtenir, en fonction du travail fournit : Le Certificat Européen de Management de l’Intelligence Economique par la Valeur
Délivré conjointement par Atelis (Atelier d’Intelligence Stratégique de l’ESCEM)
et l’AFAV (Association Française de l’Analyse de la Valeur).

L’état et l’intelligence économique

Huit lauréats pour les 2e Trophées de l’entreprise

L’Intelligence Economique pour Optimiser son processus de décision (5) Le partenariat

L’Intelligence Economique pour Optimiser son processus de décision

5 – LE PARTENARIAT

 La stratégie peut être définie comme l’utilisation des moyens disponibles pour atteindre ses objectifs.

 Pour gagner en efficacité les organismes, quels qu’ils soient, doivent recentrer leurs actions et leurs ressources sur les objectifs qui auront été choisis comme prioritaires.

 Une autre façon de gagner en efficacité est de conclure des partenariats, ou des alliances stratégiques, qui permettent de mutualiser des moyens ou de partager des savoir-faire.

 Il est pour cela nécessaire de se poser souvent la question :

Quelles sont les solutions de partenariats qui permettraient un gain d’efficacité ?     

 Le but de l’alliance est de créer de la valeur chez les deux partenaires.

Mais ce n’est pas exempt de risques.

 Le partenariat nécessite :

– Une grande confiance mutuelle

– De commencer par une analyse stratégique rigoureuse. Qui je suis ? Qui est l’autre ? Les stratégies sont-elles compatibles ? Y a-t-il réellement la compatibilité recherchée ? L’alliance risque-t-elle de créer une dépendance ? Quelles seront les conséquences pour l’organisation, la culture d’entreprise et les salariés ?

– De donner une forme à l’alliance ou au partenariat

Que les deux partenaires y trouvent toujours leur compte

– Qu’un contrat très précis soit établi

– Que les évolutions futures (technologies et marchés) soient prises en compte

– Qu’il soit prévu comment s’y prendre en cas de problème.

Etienne ROGER

L’Intelligence Economique pour Optimiser son processus de décision (4) le lobbying

L’Intelligence Economique pour Optimiser son processus de décision

4 – LE LOBBYING

 Les lobbies sont des groupes créés pour influencer des organismes décisionnels afin de  défendre les intérêts de leurs membres. En France ce terme a pris une connotation négative. L’intérêt particulier risquant bien souvent d’être en contradiction avec l’intérêt général.

Mais en réalité, ceux qui font les lois sont intéressés à connaître les besoins des uns et des autres avant de prendre leurs décisions.     

 Il s’agit

– De pratiquer une veille législative et concurrentielle

– D’analyser par exemple par une cartographie des réseaux

– Puis d’influencer à l’endroit et au moment approprié

Etienne ROGER

L’Intelligence Economique pour Optimiser son processus de décision (3)Le Benchmarking

L’Intelligence Economique pour Optimiser son processus de décision

3 – LE BENCHMARKING

 Le benchmarking est une méthode d’évaluation organisationnelle. Il s’agit de se comparer à ses concurrents ou à d’autres structures. D’examiner les différences de processus et de résultats et d’identifier les causes pour se perfectionner.  

 Le processus de benchmarking comprend plusieurs phases.

 – L’évaluation interne des résultats constatés pour mettre en avant les forces et les faiblesses des processus mis en œuvre. Un autre objectif est de déterminer les indicateurs plus fins à employer dans le cadre d’une comparaison avec d’autres entités. 

 – L’Identification d’autres organismes qui maitrisent les processus à analyser. L’analyse des produits ou processus des concurrents se fera sans leur coopération. Il est utile aussi de rechercher des organismes qui utilisent le même processus mais ne sont pas concurrent. Il est alors possible d’aller plus loi dans la démarche sur la base d’un échange de savoir-faire.

 – La  collecte d’informations.

 o Internet est une source importante d’information. Comment est leur site ? Quelle est leur politique de communication ? Quels travaux ou brevets ont-ils été publiés ? Quel est leur stratégie commerciale ? …. ?

o Les présentations, les salons, les rencontres sont une autre source

o Il est souhaitable de visiter si possible l’organisme qui aura été identifié

 – L’adaptation des bonnes pratiques identifiées à sa propre organisation. Il est peu probable que les processus concernés puissent être adoptés sans évolutions.

 – La capitalisation des connaissances récoltées dans une base de donnée pour permettre des comparaisons lors du benchmark suivant

 – Evaluer les progrès et réajuster les processus

Etienne ROGER

Contactez-nous !